Histoire de la plongée perlière au Qatar.

La plongée des perles était l’une des principales industries du Qatar jusqu’au début des années 1940, lorsque le pétrole l’a remplacée. Après avoir été la principale industrie de la région pendant des milliers d’années, la plongée perlière était une profession en déclin dans les années 1930, après que l’introduction des perles de culture japonaises et la grande dépression aient rendu la plongée perlière non rentable. Même si le perlage n’est plus une industrie florissante, il reste un élément très apprécié de la culture qatarie.

Histoire et déclin de l’industrie perlière

Les perles étaient très prisées dans le monde antique, surtout par les Arabes, les Romains et les Égyptiens. Ces zones étaient en grande partie approvisionnées par l’industrie perlière du golfe Persique, le plongeur perlicoles travaillant dur pour répondre à la forte demande des partenaires commerciaux en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. La plongée en perle était risquée et physiquement éprouvante. Le manque d’oxygène, le changement rapide de la pression de l’eau, les requins et autres prédateurs marins ont fait de la plongée perlière une profession très dangereuse. Mais malgré le danger, la valeur élevée des perles a fait de la plongée perlière une profession rentable. Lorsque le Japon a créé des fermes ostréicoles au milieu des années 20 pour produire des perles de culture, le marché de la perle est devenu saturé. De plus, l’avènement de la Grande dépression dans les années 1930 a dévasté le marché de la perle car les gens n’avaient plus d’argent supplémentaire pour des articles de luxe tels que les perles.

Comment les perles sont-elles formées ?

Les perles se forment lorsqu’un corps étranger pénètre dans la coquille d’une huître, d’une moule ou d’un autre mollusque et se retrouve piégé. Cet objet peut être un parasite, un grain de sable ou un petit morceau de coquille, mais il s’agit le plus souvent d’une particule de nourriture. Pour se protéger de la particule, le mollusque libère des couches d’aragonite (le carbonate de calcium minéral) et de conchioline (une protéine). Sur une période de deux à cinq ans, ces couches s’accumulent et forment une perle. Chez les huîtres et les moules d’eau douce, la nacre (ou nacre de perle) donne aux perles leur éclat naturel. Les perles d’autres mollusques ont une texture semblable à celle de la porcelaine et ne brillent pas comme le font les perles de nacre. Le Qatar est un endroit parfait pour trouver de si belles perles brillantes. En raison de ses abondantes sources d’eau douce, l’eau y est en partie salée et en partie douce, un environnement idéal pour la formation de nacre. (La majeure partie de l’eau douce provient du fleuve Shatt al Arab). Les perles de culture suivent le même processus de formation essentielle que les perles naturelles, mais elles sont créées dans des conditions soigneusement contrôlées dans une ferme perlière.

Les bâteaux de perles

Traditionnellement, les pêcheurs de perles du Qatar effectuaient deux voyages annuels en bateau pendant la saison de pêche de juin à septembre. Il y a eu un voyage long (deux mois) et un voyage plus court (40 jours). La plupart des bateaux de perles (souvent appelés “boutre”) contenaient 18 à 20 hommes. Sans la technologie moderne, la plongée perlière était extrêmement dangereuse. Les hommes n’ont pas utilisé de bouteilles d’oxygène ; ils se sont plutôt pincé le nez avec des morceaux de bois et ont retenu leur respiration pendant deux minutes. Ils portaient aussi souvent un fourreau en cuir aux mains et aux pieds pour les protéger des surfaces rocheuses qui se trouvent en dessous. Puis ils lançaient dans l’eau une corde avec une pierre attachée au bout et sautaient dedans. Ces plongeurs nageaient souvent à plus de 30 mètres de profondeur, utilisaient rapidement leur couteau ou un rocher pour extraire les huîtres et autres mollusques des rochers ou du fond de la mer et plaçaient les huîtres dans un sac de corde qu’ils avaient accrochée autour de leur cou. Lorsqu’ils ne pouvaient plus retenir leur souffle, le plongeur tirait sur la corde et était ramené au bateau. Leur chargement de mollusques était alors déversé sur le pont du navire et ils plongeaient à nouveau pour en trouver d’autres. Les plongeurs poursuivraient ce processus tout au long de la journée. La nuit, les plongées s’arrêtaient et ils ouvraient tous les huîtres pour chercher les précieuses perles. Ils pouvaient passer par des milliers d’huîtres avant de trouver ne serait-ce qu’une seule perle. Cependant, toutes les plongées ne se sont pas déroulées sans problème. En plongeant à cette profondeur, les changements rapides de pression pouvaient causer de graves problèmes médicaux, notamment des courbures et des pannes de courant en eaux peu profondes. De plus, les plongeurs n’étaient pas toujours seuls en bas. Les requins, serpents, barracudas et autres prédateurs aquatiques sévissaient dans les eaux proches

La culture de la plongée des perles au Qatar aujourd’hui

Bien que la pêche aux perles ne soit plus vitale pour l’économie du Qatar, elle est célébrée comme faisant partie de la culture qatarie. Des compétitions de plongée perlière et des célébrations culturelles sont organisées chaque année. Le concours de plongée et de pêche aux perles de Senyar, qui s’est déroulé sur quatre jours, a récemment réuni plus de 350 participants, naviguant entre Fasht et la plage de Katara sur des bateaux traditionnels. Le festival marin annuel du Qatar est un événement gratuit qui accueille non seulement des démonstrations de plongée perlière mais aussi un spectacle de phoques, des eaux dansantes, de la nourriture, une pièce musicale élaborée et un golf miniature.



Séjour ou croisière, baptême de plongée ou formation avancée, plongée à thème (de nuit, en grotte, sur épave, etc.) en France ou à l’étranger : quelle que soit votre envie, Blue Lagoon vous aide à créer VOTRE voyage parfait !